La Femme, les Femmes

La femme, les femmes

L’histoire de la femme tient à ce que l’on ne la connaît pratiquement que par l’interprétation masculine des artistes. On comprend à quel point les anciens maîtres ont eu une vision particulière à propos de la femme.

Ma peinture voudrait se faire plus familière, à l’image de la femme, de toutes les femmes aujourd’hui et dans le monde entier.

C’est mon fil conducteur, celui qui court à travers ces images, représentant l’identité féminine, un espace où l’égalité des droits et des chances préserve la différence.

Il s’agit d’invitations éminémment actuelles à nous ouvrir à la réalité de l’Amour en méditant sur les images que je vous propose.

Il m’a semblé naturel de prendre comme modèle universel, Marie-Madeleine des Evangiles, la femme archétypale dans toutes ses dimensions, des plus charnelles aux plus spirituelles.

Mon symbole, un voile bleu, accompagne Marie-Madeleine dans la plupart de mes toiles.

Marie-Madeleine, l’insouciante

« Aussi Je te le dis, ses péchés, ses nombreux péchés lui sont pardonnés puisqu’elle à montré beaucoup d’amour » (Luc 7, 44-47)

Qui suis-je ?

Yeshoua (en Hébreux : Jésus) se sert de la loi non comme d’un miroir pour juger les autres, mais d’un miroir qui permet de se connaître et de se juger soi-même. C’est ce « retournement de miroir » qui entre-autres répond au « qui suis-je? », mais qui suis-je réellement ? C’est ce corps qui veut se sentir bien afin que mon âme et mon esprit s’y sentes bien.

L’étude de la Thora

Marie-Madeleine étudiait la Thora en cachette. C’est ainsi qu’elle était « hors normes », hors-la-loi. De telles femmes étaient dangereuses non seulement pour les hommes, mais pour la religion, le respect de la tradition et de la famille; il fallait à tout prix s’en préserver.

« Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole… car il est inconvenant pour une femme de parler dans une assemblée. » (Paul aux Corinthiens 14, 34-35)

C’est en ce sens, entre autres, qu’elle était considérée comme « pécheresse ».

Parfum

C’est le rituel par lequel le grand prêtre oint d’huile celui qui sera considéré comme le Messie (Messiah en Hébreu voulant dire « celui qui  a reçu l’onction » – Jean 12, 1-18)

Dans le jardin

« Femme, pourquoi pleures-tu ? » (Jean 20, 16-17)

Ne me retiens pas

« Ne me retiens pas » (Jean 20, 14-18).

Il est Ressuscité (Luc 24, 5-6).

« Celui qui est mort est vivant ».

Elle a accédé à l’illumination sans passer par un intermédiaire puisqu’elle a eu la vision face à face, comme autrefois Moïse.

Marche vers la lumière

« Tu es poussière, mais tu es aussi lumière et tu retourneras à la lumière. »

Les femmes dans la Bible

« Lorsqu’on évoque la Bible, on cite le plus souvent des noms d’hommes : Abraham, Moïse, David, Isaïe… Pourtant, les femmes ne sont pas moins présentes et précieuses. A côté des patriarches, des rois, des législateurs, elles rappellent avec force et discrétion, l’importance du cœur, du corps, du chant, … »

« Les femmes dans la Bible » Jacqueline KELEN Ed. Sagesses

Le lys et la rose

Quand Maître Eckhart, le philosophe Rhénan, dit : « qu’il faut être vierge pour devenir mère » (symbole le lys), il va de soit qu’il ne parle pas d’une réalité physique, mais de l’expérience mystique dans laquelle nous pouvons « mettre Dieu au monde ». Cette naissance, c’est la présence de l’Amour (symbole la rose).

Les femmes qui lisent

« Les femmes qui lisent sont dangereuses. » Laure Adler, Editions Flammarion

Hildegarde de Bingen, Catherine de Sienne, et bien d’autres, restent dans nos mémoires. Les autres, hélas, ne figurent pas dans les livres d’histoire, et des pages blanches restent à écrire.

L’équilibre encore fragile

« L’éternel féminin nous attire irrésistiblement vers le haut. » Goethe