Hymne à la Terre

DSC02845

La simplicité de cette jardinière récoltant des brassés des fleurs et de fruits m’enchante, car je ressens la vie comme un éblouissement.

Je suis spontanément attachée à tout ce qui vibre, se transforme à partir de l’humus.

L’émotion esthétique que la nature éveille en moi élargit mon esprit, l’élève et l’ouvre à la beauté.

J’ai pris conscience de la dimension sacrée de la Terre et veux vivre en symbiose avec elle, la Mère nourricière.

Dans quel état la laisserons-nous à nos enfants ? Et quels enfants laisserons-nous à cette Terre ?

J’observer l’arbre. Il m’enseigne le calme et la droiture, mon axe tendant vers la verticalité, reliant mon ciel intérieur à mon être de chair. Ses bourgeons annoncent un nouveau printemps. Il vit plus longtemps et peut être un modèle de patience pour moi qui suis tellement impatiente.

Je m’enchante avec Dostoïevski :

« La beauté sauvera le monde, et l’homme sauvera la beauté. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *