Le Bonheur

DSC02828

Je m’interroge :

Qu’entend-on par bonheur ?

Dépend-il de la chance, de notre sensibilité ?

Est-il durable ? Peut-on le cultiver ?

Je vois dans le regard réjoui de cette mère, veillant joyeusement sur ses enfants la racine d’un bonheur fécond, immédiat.

Mais son épanouissement personnel ne dépendra pas que de ses enfants.

Au-delà de l’état du bien-être intime, il est nécessaire d’élargir mon cœur en portant un regard bienveillant sur les évènements et sur tout ce qui m’entoure, avec moins de lourdeur, un peu plus de légèreté. Un regard vaste, un regard qui accueille ce qui est.

M’entrainer à vivre le moment présent, à célébrer le quotidien, à le goûter, à accepter ce qui est, sans ressasser le passé, sans trop me soucier du lendemain.

Accepter aussi ma propre fragilité, mes limites, et assumer mes échecs.

Il ne me suffit pas seulement d’être attentive à mon corps, encore faut-il me soucier de mon esprit, de mon âme.

Mon bonheur sera alors plus intense, plus profond, plus durable. Il deviendra même contagieux et réjouira mes proches.

Le fait de me centrer sur « ici et maintenant » m’aide à combattre mon angoisse. Hier n’est plus, demain pas encore, seul le présent est. Si je ne suis pas heureuse maintenant, quand le serais-je ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *